Népal

Népal, terre de treks...

Je rêvais du Népal bien avant d’y mettre les pieds. Atteindre les montagnes infinies de l’Himalaya aux sommets mythiques. Annapurnas, Everest, Katmandou, Sherpas, Bouddha. Tout cela évoquait pour moi un mélange d’aventures, de spiritualité et d’éveil. Le paradis du trekking.

J’y suis resté plus de 2 mois. Un voyage extraordinaire, fait de rencontres incroyables, de paysages grandioses et d’éveil. J’avais préparé mon corps, mais pas mon esprit. Un voyage qui s’est muté en parcours initiatique, parsemé d’intenses émotions.

Le plan était de partir en solo pour découvrir le Népal à mon rythme, sans contrainte. Car le Népal est un pays qui s’apprécie lentement. Pour percer les secrets de la marche en haute altitude, des rituels séculaires hindouistes et bouddhistes, ou s’imprégner de la vie des népalais au rythme des saisons, il faut du temps.

Alors je suis parti sur le tour des Annapurnas, sans guide ni porteur. Un trek progressif, destiné à tester le corps à l’altitude. Et c’est seulement une fois cette étape franchie que j’ai entrepris l’ascension jusqu’au camp de base de l’Everest par la boucle des 3 cols. Un trek légendaire, entre cols enneigés et forêts de rhododendrons.

Puis Katmandou, Bodnath, Bakhtapur, Patan. Des cités mystiques, des temples empreints de légendes et de rites mystérieux où bouddhisme et hindouisme se mêlent autour des traditions marquées par le rythme des saisons.

Le Népal est une destination fascinante à bien des égards. Je vous laisse découvrir les récit de ce voyage au Népal hors du commun. 

Excellente lecture,

Raphaël & Angélique

Népal

Meilleure période : octobre à mars
Coût de la vie
Environnement & nature
Patrimoine & culture
Niveau d'aventure
Tous nos articles

Annapurna, Initiation à l'altitude

Des rizières au sommets enneigés, le tour des Annapurnas n’est pas un trek comme les autres. C’est un parcours initiatique, où chaque jour est un pas vers le Tibet et la culture tibétaine.

Certains diront que le circuit a perdu de sa superbe, que les routes et les aéroports dénaturent l’authenticité de la région. N’en croyez pas un mot. La traversée des Annapurnas est encore un itinéraire incontournable. Mais qui se mérite : des sommets qui se découvrent après plusieurs jours de marche, 10 jours d’ascension continue avant de franchir un col à 5416 mètres d’altitude.

Mais aussi sources chaudes, murs de moulins à prières, villages pittoresques, et rencontres inoubliables. Et au delà des vallées, une enclave entourée de hauts sommets : le Royaume interdit du Mustang.

Le tour des Annapurnas demande volonté, engagement et une discipline absolue. Il vous faudra respecter certains principes de base et écouter les signes de votre corps si vous espérez aller au bout. Vous aurez besoin d’un bon équipement, de quelques bonnes adresses à Pokhara et de quelques conseils, que vous trouverez ici.

Je garde des Annapurnas un incroyable souvenir. Mais il s’en est fallu d’un cheveu pour que des pluies de mousson inattendues ne transforme cette aventure en tragédie…

Everest, le trek mythique

Le Khumbu, pays des Sherpas. Au moment précis où l’on atterrit sur la piste improbable du petit aéroport de Lukla, on comprend que cette aventure va être hors norme.

Aucune route n’arrive jusqu’ici. Tout se fait à dos d’hommes et de yaks. Alpinistes, randonneurs, guides et porteurs, chacun a son objectif et sa méthode, mais tous n’ont qu’un mot en tête : Everest. Pour moi, ce sera le camp de base, avant de rejoindre les 7 lacs sacrés de Gokyo, et le glacier infini du Cho Oyu, par le col de Cho La, à 5420m.

Chaque étape de l’ascension est un mélange d’effort et de contemplation au pieds de sommets incroyablement hauts : Ama Dablam, Lhotse, Nuptse… Et au paroxysme de cette ascension, le légendaire camp de base du Mont Everest, le toit du monde.

Mais une fois passé Namche Bazaar, capitale des sherpas et dernier rempart de la civilisation, il n’y a plus au delà qu’un monastère perdu et quelques lodges perdus dans le territoire glacé de la haute montagne. Et le froid.

Un froid insidieux, humide et persistant, que l’on combat avec acharnement à grande rasades de thé au gingembre, de plats de lentilles au curry et de quelques surplus en laine de yak. Pourtant, avec l’acclimatation nécessaire à la progression en altitude, l’effort est modéré, les journées souvent courtes et le dénivelé limité.

Mais après 7 jours à plus de 4800m, la chaleur d’une douche devient obsessionnelle…

Une expérience qui m’amené au delà de mes limites physiologiques. Dont je garde un souvenir d’une puissance absolue.

Katmandou, entre chaos et merveilles

Katmandou, capitale du Népal, est un chaos permanent, où le voyageur se perd entre les klaxons et la poussière. D’une incroyable vétusté, l’arrivée à l’aéroport donne le ton.

Et puis Thamel, le quartier des touristes. Un immense enchevêtrement d’étals de marchands, de cafés, d’agence de trek et d’hôtels plus ou moins miteux. Dans les jardins, on devine sur les visage les aventuriers en partance, à la fois excité et inquiets, et ceux qui en reviennent, illuminés par la joie d’avoir vécu une aventure hors du temps.

A quelques pas, le vieux Katmandou, le Katmandou authentique où la vie s’anime autour des temples, des bassins d’ablution et des petits marchés. Sur la grande place la kumari, cette petite fille élevée au rang de déesse à l’âge de 5 ans. Autour de la place centrale Durbar Square, des temples érigés aux divinités hindous et des maisons en briques délabrées.

Et au delà, il y a des merveilles.

Aux pieds des contreforts de l’Himalaya, les chemins de Katmandou se découvrent au rythme de la vie de ses habitants. Patan, l’autre capitale, est un Katmandou en miniature où l’on s’amuse à se perdre dans son dédale de ruelles.

A Bakhtapur, Patrimoine mondial Unesco, les hommes chantent à la fête de la pleine lune, tandis que les femmes battent le riz fraichement récolté.

Et à Bodnath, un échange improvisé avec un moine bouddhiste a illuminé ma visite du plus gigantesque Stupa du Népal.

Je vous emmène avec moi à la découverte d’un Népal hors des sentiers battus.

Apprends à partir en trek en liberté pour t’offrir les plus beaux matins de la planète !

Une formation intégrale pour ne rien laisser au hasard et partir en toute sécurité : 

  • Trouve le spot parfait pour poser le bivouac
  • Marche de 7 à 14 jours sans ampoule
  • Prépares toi physiquement, et r et renforcement musculaire
  • Optimise ton sac à dos pour n’importe quel type de trek
  • Calcule le budget intégral de tous tes treks, équipement compris…