Le tour des Annapurnas est un trek progressif et accessible, idéal pour se lancer en solo. Mais pour réussir ce trek long de 12 à 15 jours, il faut y être préparé.

Voici notre liste de conseils & astuces pour être à coup sûr de le réussir.

Sommaire de cet article :

    1. Ai-je besoin d’un permis pour le tour des Annapurnas ?
    2. Quelle est la meilleure période pour faire le tour des Annapurnas ?
    3. Quel budget pour le tour de Annapurnas en solo ?
    4. Quelles sont les étapes du tour des Annapurnas ?
    5. Gérer le mal de l’altitude sur le tour des Annapurnas
    6. Qu’est ce qu’on mange sur le tour des Annapurnas ?
    7. Quelle est le climat sur le tour des Annapurnas ?
    8. Qui fait le tour des Annapurnas ?
    9. Comment faire son sac pour le tour des Annapurnas ?
    10. Où et comment dort-on sur le tour des Annapurnas ?
    11. Le tour des Annapurnas jour par jour

terre de treks

1. Ai-je besoin d’un permis pour le tour des Annapurnas ?

Oui, et même 2 permis !

  • 1 permis pour le trek en lui-même, un TIMS (Trekker’s Information Management Systems)
  • 1 permis pour entrer dans la zone protégée des Annapurnas, un ACAP.

Chacun de ces 2 permis vous coûtera 2000 NR

Leur délivrance se fait en quelques minutes, donc pas de problème de le faire juste avant de partir en trek. Il n’y a pas non plus de quota d’entrée dans le parc des Annapurnas, donc pas de soucis de ce côté là non plus.

Prévoyez juste 2 photos d’identité par permis.

Il y a un distributeur juste à l’entrée.

Ces 2 permis s’obtiennent au même endroits, au Nepal Tourism Board Office, que vous trouverez sur cette carte :

Les informations plus générales pour l’organisation des treks au Népal sont sur cette page.

terre de treks

2. Quelle est la meilleure période pour faire le tour des Annapurnas ?

Il n’y a que 2 saisons favorables pour partir sur le tour des Annapurnas :

  • le printemps, c’est à dire exactement mars à mai
  • et l’automne, c’est à dire exactement octobre et novembre.

80% des trekkeurs se concentrent sur ces 5 mois les plus favorables.

Vue sur le Manaslu (8156m) depuis le village de Timang (2750m)

En été, de mai à septembre, c’est la mousson. Il pleut alors toute la journée.

En hiver, de décembre à mars, le temps est sec et dégagé, mais à plus de 5000m, les températures peuvent devenir extrêmes (-40°C), et la plupart des lodges et cols sont fermés.

Le trek du Sanctuaire des Annapurnas est praticable en hiver du fait de leur basses altitudes, inférieures à 4000m

terre de treks

3. Quel budget pour le tour des Annapurnas en solo ?

1 € = 120 Roupie népalaise (NR)

20€ par jour

C’ets le budget que vous devrez prévoir par journée de trek, sur le tour des Annapurnas (repas matis, midi et soir, nuit et pause)

C’est à dire environ 2500 NR

Ces 2500 NR se décompose de la façon suivante :

  • Nuit en Logde : 100-250 NR. (NB : Il est très courant de bénéficier de l' »Israelian deal », c’est à dire que si l’on prend le repas du soir et le petit déjeuner dans le lodge, ce qui est très courant, on ne paie pas la nuit.
  • Repas du soir : 500-600 NR
  • Dhal Bhat : 400-500 NR
  • Thé : 50NR
  • Coca : 150-200 NR
  • Bière (66cl) : 400-500 NR
  • Litre d’eau en bouteille : 150 NR
  • Litre d’eau aux Safe Water Station : 30 à 60 NR

Attention, car après Besi Sahar, il n'y a pas de distributeur avant Jomsom, c'est à dire après le cole de Thorung la. Un trek de 15 jour vous impose donc de prendre a minima 40000 Roupies.

terre de treks

4. Quelles sont les étapes du tour des Annapurnas ?

Réaliser un trek sans un groupe organisé offre la liberté de suivre son propre chemin, son propre rythme, ses propres étapes.

Fatigué, temps maussade, joli village. Un argument suffit pour déclarer une pause comme une étape pour la nuit.

Sur le trek des Annapurnas, sachez que c’est tout à fait envisageable.

Chaque étape est jalonné de villages dans lesquels vous trouverez toujours une guest house pour y passer la nuit, même en pleine saison.

Annapurnas panneau de renseignement, vers Tal (1700m)

Alors, il n’existe pas un parcours type pour faire le tour des Annapurnas. Tout dépend de votre état de fatigue, du temps que vous avez, des limites que vous avez envie de franchir.

C’est vraiment le GROS avantage de partir en liberté sur le tour des Annapurnas, c’est la capacité de pouvoir composer votre trek au fur et à mesure.

De plus, il existe un tas d’options pour rallonger l’expérience : Poon Hill, sanctuaire des Annapurnas, camp de base du Manaslu, lac de Tilicho, vallée de Naar Phu, Pisang Peak,…

Il est même possible de combiner plusieurs de ces treks.

A titre d’information, voici mon itinéraire :

  • Jour 1 : Besi Sahar – Bahundanda
  • Jour 2 : Bahundanda – Chamje
  • Jour 3 : Chamje – Danaque
  • Jour 4 : Danaque – Chame
  • Jour 5 : Chame – Pisang
  • Jour 6 : Pisang – Manang
  • Jour 7 : Manang
  • Jour 8 : Manang – Yak Kharka
  • Jour 9 : Yak Kahrka – Thorung Phedi Base Camp
  • Jour 10 : Thorung Phedi – Muktinath via Thorung La
  • Jour 11 : Muktinath  – Kagbeni
  • Jour 12 : Kagbeni – Marpha
  • Jour 13 : Marpha – Kalopani

terre de treks

5. Gérer le mal de l’altitude sur le tour des Annapurnas

L’altitude est le principal, si ce n’est l’unique, facteur qui peut vous gâcher votre tour des Annapurnas.

L’hypoxie (raréfaction de l’oxygène) en haute altitude (>3500m) provoquera des mécanismes compensatoire : augmentation du rythme cardiaque, hyperventilation, mais aussi un sommeil plus léger, une baisse des capacités mentales (réelles) et une déshydratation. Le mal des montagnes atteint 65% des gens à 4500m, à des degrés divers.

Savoir reconnaître les premiers symptômes peut vous sauver la vie, car si  un œdème non traité entraîne la mort 1 fois sur 2, descendre permet toujours de résorber le problème, sans séquelle…

Passage du col de Thorung La (5416m)

Alors dans l’altitude, il y a une part de physiologie, et une part de gestion. Si à 2500m d’altitude on rend tripes et boyaux, ce n’est pas la peine de forcer, il ne sera pas possible de tenir à 5000m. Dans le cas contraire, tout ira bien, à condition de suivre certaines recommandations à la lettre :

1. Ne monter que 500m par jour à partir de 3000m. Le parcours des Annapurnas a cette chance de proposer des logements dans tous les petits villages. Profitez-en

2. Dormir plus bas que le point le plus haut gravi dans la journée. C’est à cela que servent les journées acclimatation.

3. S’hydrater énormément, pour éliminer. L’idéal est de boire 4 litres par jour. En plus de l’effort, l’hyperventilation va consommer 20% d’eau en plus. En général, avec le froid, on force sur le thé, ce qui aide justement à éliminer. Le corps doit renouveler l’eau contenue dans l’organisme afin de réguler le taux d’oxygène. Bien s’hydrater est donc vital. Les locaux recommandent de boire du thé au gingembre, et de la soupe d’ail, qu’on trouve dans les toutes les guest houses.

Enfin en altitude, il vaut mieux éviter de boire de l’alcool, même de la bière, qui déshydrate.

Il y a quelques étapes recommandées, au-dessus de 3500m,pour respecter les 500m d'ascension quotidienne, mais là encore, il est possible de suivre sa propre voie. Je vous recommande de prendre une carte avant de partir, une Nepa qu'on trouve partout, et de composer au fur et à mesure.

terre de treks

6. Qu’est ce qu’on mange sur le tour des Annapurnas ?

Pas d’inquiétude. Sur le tour des Annapurnas on mange bien partout, et pour ceux qui s’inquiètent, pas épicé du tout.

Dans chaque petit village, chaque petite auberge, une dizaine de plats sont proposés, chacun déclinés en 4 ou 5 préparations, du traditionnel dal bhat (plat de riz avec une soupe de lentilles, des pommes de terres au curry, des légumes et des pickles), à des plats parfaitement exotiques : burritos, chiken butter massala, yak burgers,…

Certains villages plus importants, tel Manang ou Jomsom, possèdent même leur lots de pâtisseries allemandes.

manger_veggie burger

Veggie burger, à Yak Karka  à 4000m

Les plats les plus courants sont :

  • Des pâtes : macaronis, spaghettis, noodles, chowmein (comme de gros noodle), thupka (soupe de noodle un peu épicée),
  • Du riz : riz frit, dal bhat
  • Des momos, spécialité tibétaine
  • Des patates : au curry, avec des petites légumes

NB : Les momos sont des petits raviolis farcis  de légumes, patate ou de fromage. Ils se commandent soit cuits à la vapeur, soit frits, et servis avec une sauce chili. A consommer sans modération.

Le Dal bhat est un plat tellement traditionnel que les porteurs en consomment 2 à 3 fois par jour. En gros, ils ne mangent que ça.

NB : Astuce de goinfre : le dal baht est le seul plat ou l’on vous proposera de vous resservir, de tout ce que vous avez dans l’assiette. 2 repas pour le prix d’un…

Plus rare, mais aussi plus authentique, je vous conseille d’essayez la pâte de sarrasin (dhido en népalais, buckwheat paste en anglais).

Ca n’a pas tellement de goût, mais ça ne fait pas de mal. Elle est souvent accompagné d’un curry de légumes.

La pomme de Marpha est réputée dans tous la région des Annapurnas. Pratiquement chaque lodge propose des apple pie et apple crumble absolument délicieux (demandez qu'on vous les réchauffe...)

Pratiquement chaque auberge située pas trop en altitude (max 4000m) possède sont petit potager. De ce fait, les légumes accompagnant les plats (principalement carottes, patates, choux, épinards et sorte de blettes), cultivés sur place, sont frais, bio et par essence parfaitement sain.

Attention cependant à ne pas consommer de viande, dont l'origine n'est pas traçable. Même le poulet. Je vous recommande donc un menu exclusivement végétarien pour toute la durée du trek, afin de limiter les risques au maximum.

Vois les très bons plats tels qu’ils vous seront servis dans les guest houses :

terre de treks

7. Quelle est le climat sur le tour des Annapurnas ?

Question légitime. En octobre, on passe normalement le col de Thorung La, à 5416m, sans un gramme de neige. Pas de neige, et des tesmpératures positives, alors qu’au Mont Blanc à 4800m il fait -30°C.

Normalement, car 2014 a été marqué par un incident aussi violent qu’inattendu dans l’histoire du trek dans l’Himalaya. Un blizzard en pleine saison sèche a soufflé dans toutes la région des Annapurnas.

Il faut prendre en compte 4 caractéristiques :

1. Saisons

En septembre, c’ets encore la mousson. Les risques de pluie sont encore très élevés. En octobre-novembre, le ciel est très souvent dégagé le matin, mais peut se couvrir dans l’après-midi.

Début décembre tombent les premières neiges. En hiver, les lodges et les cols ferment, à cause des températures extrêmes. De mars à mai, saison des expéditions, les températures redeviennent douces. La mousson revient tout début juin.

temps

Vallée de la Marsyandgi. Derrière les nuages, la chaîne des Annapurnas

2. Amplitude thermique

Le Népal est coincé entre un climat tropical et un climat de maontagne. Les premiers jours d’ascension, en dessous de 1500m d’altitude, c’est la jungle tropicale. Il fait très chaud, même la nuit.

Ensuite, plus on progresse, plus l’amplitude thermique dans la journée sera élevée. A 4000m, les températures au cours d’une journées varient entre -5°C la nuit et +20°C en plein soleil.

Il faudra donc prévoir un duvet pour -5°C, et des vêtements de montagne, et de rando tropicale.

3. Couverture nuageuse

Très généralement, le ciel est bleu azur jusqu’à 10h. C’est le meilleur moment pour apercevoir les sommets et prendre des photos. Ensuite, les nuages descendent dans les vallées, jusqu’à recouvrir toute la montagne vers 14-15h. Si le ciel est nuageux dès le matin, ce n’est pas bon signe. Mais s’il se voile dès le matin, attention, c’est souvent signe de neige… Il vaut alors mieux ne pas partir.

4. Régionalité

Les massifs de l’Himalaya sont tellement élevés qu’ils forment des barrières climatiques, avec des comportements presque uniques à chaque vallée. La chaîne des Annapurnas bloque le passage des nuages venant du sud. La vallée du Mustang est extrêmement aride et décapée, alors que la vallée de la Marsyangdi, de l’autre côté du col de Thorung La, est particulièrement humide et les averses sont fréquentes, même au mois d’octobre.

terre de treks

8. Qui fait le tour des Annapurnas ?

Avant de lacer vos chaussures, il faut savoir que la région du tour des Annapurnas est très fréquentée. « Très fréquentée » ça veut dire que l’on voit du monde tous les jours, mais pas que l’on fait la queue pour rentrer dans une auberge.

On rencontre des tas de gens au Népal. De tout âge et de tout horizon. Des marcheurs évidemment, mais aussi des parrains / marraines d’associations locales, des pèlerins venus faire une retraite méditative dans un lieu sacré, des occidentaux apprentis moines, de jeunes mariés, des globe-trotteurs, ou de simples touristes en ballade.

Annapurnas Manang (3540m), capitale de district

Manang (3540m), capitale de district

Etape mythique, les Annapurnas est une étape de choix dans chez les tourdumondistes. De fait, il m’est arrivé de croiser plusieurs personnes, seules ou en couple, qui partaient pour 3, 6, 8, 10 mois, parfois seulement l’Asie (au sens large), parfois pour de plus longues aventures, et de partager leur point de vue, leurs idées, leurs expériences.

Certains n’en sont pas à leur première visite, d’autres sont mêmes restés. Dans la montagne, j’ai vu des dames d’occident qui ne me parlaient en népalais, hippies des années 60 installées ici depuis. A Ghursang, un peu au-dessus de Manang sur le chemin du col de Thorung La dans les Annapurnas, une auberge est tenue par une française, et elle vous sert un jus d’argousier chaud en vous vantant les vertus du breuvage.

Il paraît (statistiques népalaises, c'est dire si c'est fiable) que sur les Annapurnas, les 3 nationalités les plus représentées sont les français, les israéliens et les allemands.


terre de treks

9. Comment faire son sac pour le tour des Annapurnas ?

Le point le plus important pour un trek dans les Annapurnas réside dans une bonne pharmacie, un bon duvet (-5°C donc, si vous avez lu le paragraphe précédent), et une très bonne gestion des vêtements.

Cette gestion passe par le « layering« , c’est à dire la multiplication des couches de vêtements pour se protéger du froid, en opposition avec le « pull en laine – doudoune« .

Vous trouverez d’ailleurs un merveilleux article sur ce sujet ici : Layering ou comment s’habiller léger en trek – Terre de Treks

Le temps évoluant très vite en montagne, il vous faudra adapter cette technique au cours de votre trek.

Je vous conseille de séparer le lot de vêtements spécifiquement en dessous de 3500m, et au-dessus.

Voilà mon retour sur le trek pour être juste à la bonne température

500m – 1500m (Pokara, Katmandou, Annapurnas jours 1&2)

  • matin : t-shirt (technique)
  • journée : t-shirt
  • soir : t-shirt + polaire

1500m – 2500m (Annapurnas jours 3 à 5)

  • matin : t-shirt + polaire
  • journée : tshirt
  • soir : t-shirt + polaire

2500m – 3500m (Manang, Muktinath)

  • matin : t-shirt + polaire
  • journée : t-shirt
  • soir : t-shirt + polaire + doudoune + bonnet
  • nuit : duvet

3500m – 4500m (Thorung Phedi)

  • matin : t-shirt manches longues + polaire + doudoune + bonnet + gants + écharpes
  • journée : t-shirt manches longues + polaire + bonnet
  • soir : t-shirt manches longues + polaire + doudoune + bonnet + gants + écharpes
  • nuit : duvet + polaire + bonnet + écharpe

+4500m (col de Thorung La)

  • matin : haut & bas thermiques + polaire + doudoune + gore-tex + bonnet épais + gants épais + écharpe
  • journée : haut & bas thermiques + polaire + gants
  • soir : haut & bas thermiques + polaire + doudoune + gore-tex + bonnet épais + gants épais + écharpe
  • nuit : haut & bas thermiques + polaire + bonnet épais + gants épais + écharpe + couette

terre de treks

10. Où et comment dort-on sur le tour des Annapurnas ?

Dans toute les vallées des Annapurnas, sanctuaire et ses extensions, on dort en lodge. Pas de tente. Ce n’est pas interdit, vous avez le droit de prendre une tente avec vous, mais il n’y en a pas besoin.

Et bien que la plupart des lodges où vous dormirez se disent des « hotels », on ne peut pas à proprement parlé d’hôtel, en tout cas pas au sens occidental du terme. Chez nous, on dirait plutôt un gourbi.

Des gourbis donc. En brique souvent, en bois des fois, en pierre rarement. L’accueil y est toujours sympathique, on y mange en général très bien, même si le menu est toujours le même, et pour pas cher.

Les lits sont des matelas en mousse posés sur des planches de bois, les douches sont rarement chaudes et les toilettes à la turque. A cela rajouter que le chauffage n’existe que dans la salle à manger (poêle), que les fenêtres laissent systématiquement passer un courant d’air glacé, et que la literie n’est certainement pas changée à chaque passage.

Mais c’est toujours moins rustique que de dormir sous la tente, cela donne l’occasion de faire de nouveaux compagnons de routes et d’échanger avec les habitants. Et ça, ça n’a pas de prix.

Cuisine d’un lodge, Pisang (3200m)

La partie basse du trek étant dominée par l’influence hindoue, les lodges ont des couleurs criardes.

Pour une raison que j’ignore, certains lodges ont également hérité de la culture anglaise des cottages, et on trouve dans les villages en dessous de 2500m  (Chamje, Tal, Chame, Danaque,…) beaucoup de ces cottages, avec un petit jardin fleuri souvent très bien entretenu, avec de jolis aménagements. Ils s’accompagnent souvent un titre vendeur à la mode, « 24h hot shower », « We don’t use pinewood » ou « Free wifi » . Il faut se méfier, car ce n’est pas toujours vrai.

Il est à noter également que plus on monte en altitude, meilleurs sont les lodges. Les premiers lodges que vous croiserez, dans la partie inférieure de la vallée de la Marsyangdi, sont généralement en bois, basiques, et pas toujours bien tenus. A partir de Manang (3500m), les lodges seront systématiquement en pierre, relativement isolés (soyons honnête) et peuvent contenir jusqu’à une vingtaine de chambres, réparties dans des bâtisses à 2 étages.

Au milieu de la salle à manger, il y a toujours un poêle. Au début de la pleine saison, septembre – octobre, il faut un peu se faire prier pour l’allumer, mais très vite on se rend compte que ce n’est pas nécessairement une bonne idée. Le tuyau d’échappement grossièrement rafistolé enfume rapidement la pièce d’une fumée noire toxique. Alors ben du coup on ouvre les fenêtres pour évacuer la fumée…

Les lodges de la vallée du Mustang et de la région du sanctuaire de l'Annapurna sont réputés de meilleure qualité et plus confortables que ceux du tour des Annapurnas. Ils sont également un peu plus cher.


terre de treks

11. Le tour des Annapurnas jour par jour


Le récit de ce trek jour par jour est ici.

terre de treks

On reste en contact !

abonne-toi

 

Cet article sur les Annapurnas vous a plu ? Partagez-le !
Il aidera sans doute un ami voyageur à compléter son aventure !

2 2.9 K

2 thoughts on “9 conseils de pro pour le tour des Annapurnas en solo

  1. karim il y a 3 semaines

    très utile merci.
    Je part dans une semaine.

    1. Raphael K. il y a 3 semaines

      Merci 🙂
      C’est une incroyable expérience que tu vas vivre. Profite bien !