carretera austral

De Puerto Montt à Ushuaia, nous avons parcouru plus de 2500 km en van, en bus et à pied à travers les plus beaux paysages de Patagonie. Nous avions rêvés de ses volcans enneigés, de ses vallées verdoyantes, de ces glaciers qui se jettent dans des lacs d’eau turquoise, mais la réalité fut au-delà de nos espérances. Un voyage en Patagonie est une expérience fabuleuse, unique et transcendante.

Prenez simplement ces conseils avec vous, un sac à dos et partez à l’aventure !


Patagonie, nos adresses


Pour commencer, toutes nos meilleures adresses et autres indications utiles, testées et approuvées : site de camping, free wifi, points d’intérêts, terminaux de bus,…


1. Louez un van


La Patagonie réunit toutes les conditions favorables à un road-trip mémorable : routes scéniques, grands espaces, sites de camping gratuits, ballades hors des sentiers battus. Mieux, les villes n’offrent qu’un intérêt mineur, les bus sont rares (tous les 2 ou 3 jours), l’auto-stop laborieux et les paysages tellement incroyables que vous aurez envie de vous arrêter tout le temps pour les admirer.

Le van offre un niveau de liberté encore supérieur au 4x4 : liberté de s'arrêter où l'on veut, manger où l'on veut, prendre la route que l'on veut à la vitesse que l'on veut.

Et lorsque la pluie tombera, nuit après nuit, vous savourerez de pouvoir la regarder de l’autre côté de la fenêtre…

Seulement les locations de véhicules coûtent cher au bout du monde, et le passage de frontière Chili-Argentine requiert une assurance spécifique qu’il faudra ajouter à la note. Au total, il faut compter environ 70€ par jour pour une voiture et environ 100€ par jour pour un petit vanWicked South America, est sans doute la meilleure agence pour vous faire plaisir, avec deux agences en Patagonie : Puerto Varas et Punta Arenas.

Et le van le plus cool de la planète…


2. La Patagonie, c’est cher


pesos argentina

Soyons clair, la Patagonie ça fait rêver, mais ce rêve à un prix. Vous ne trouverez pas un hôtel à Puerto Natales à moins de 70€, les entrées des parcs deviennent progressivement payantes et Ushuaïa est une destination au tourisme lucratif, pas un bout de rocher au bout du monde. Après quelques semaines sur place, nous avons estimé que le coût de la vie en Patagonie revenait à environ 30% supérieur à celui de la France, en plein mois de juillet.

De plus, même si la taxe (VAT) de 21% applicable en Argentine a été supprimée pour les touristes étranger par une décision du président Mauricio Macri le 28 septembre 2016, elle n’est pas encore officiellement entrée en vigueur. Vous aurez donc encore de très forte chance de la payer partout.

Au Chili toutefois, cette taxe a été supprimée pour les étrangers, mais il faut toutefois réunir les conditions suivantes :

– L’hôtel doit être inscrit au registre des établissements hôteliers chilien. Ce n’est pas toujours le cas des hôtels « budget ».

– Il faut payer en monnaie étrangère (dollar) ou carte de crédit étrangère.


3. Prenez des dollars avec vous


La combine de changer des dollars américain dans les rues pour récupérer 30% ou 40% de pesos argentin de plus qu’au distributeur n’est plus d’actualité. Ce marché parallèle, a pratiquement disparu avec l’arrivée au pouvoir de Macri en décembre 2015. Le mieux est encore de payer par carte, car les commerçant ne prélèvent pas de commission complémentaire. Les hôtels à petit budget n’acceptent cependant que les pesos ou dollars.:

 Attention toutefois aux commission des banques locales !

  • En Argentine, tous les distributeurs de billets (Banelco, reconnaissables par un B rouge, ou LINK) appliquent une commission au retrait  de 94,6 A$ pour Banelco, et de 96,5 A$ pour LINK, quelque soit la banque, le montant ou la carte, Mastercard ou Visa, en plus de la commission de votre banque. A cette commission, il faut compter un montant maximal de retrait, qui varie selon la banque, de 1500 à 2000 A$ (100-130€).
  • Au Chili, la commission au retrait est de 5000 C$ ou 6000 C$, encore une fois quelque soit le montant, la banque, ou la carte. Les plafonds de retrait autorisés sont toutefois plus élevés qu’en Argentine (parfois 200.000 C$, soit environ 290€).

Pour voyager serein en Patagonie, il faut donc idéalement composer avec une combinaison de pesos, dollars et carte bancaire, pour se sortir de tous les mauvais pas.


4. Envisagez la Patagonie chilienne


Carretera austral - patagonie chilienne

Et je ne parle pas seulement du Torres Del Paine. La Carretera Austral est la route la plus scénique que j’ai pu emprunté, qui traverse des paysages absolument sublimes. Des fjords cristallins aux forêts d’émeraudes impénétrables, de volcans enneigées aux rivières véritablement turquoises (!), la Patagonie chilienne rassemble tout ce que l’on recherche dans un voyage.  Allez juste voir cet article, Road-trip sur la Carretera Austral – Terre de Treks, pour être définitivement convaincu.


5. Voyagez en dehors de la Haute Saison


Fall patagonia

La saison la plus favorable pour voyager en Patagonie, surtout dans la partie la plus australe, est l’été, c’est à dire janvier-février. Le temps est normalement plus clément (pas de neige) et les températures agréables (positives, même la nuit !). Néanmoins, ce n’est pas la meilleure période pour y séjourner.

  1. Ce sont les vacances scolaires chiliennes. Et par conséquent les hôtels sont bondés, les parcs naturels sont pris d’assaut, les vols sont chers et les passages à la douane peuvent être interminables.
  2. Attention au soleil ! Les risques d’incendie sont élevés, et le trou d’ozone encore présent dans cette région peut provoquer insolations et brûlures aux UV.

Un conseil : partez en avant et/ou arrière saison ! En octobre / novembre, le printemps austral couvre la patagonie de fleurs sauvages. En mars/avril, les ñire se couvre d'une robe rousse chatoyante, la lumière diffuse d'un soleil rasant se reflète sur les feuillages mordorés. Une pellicule de neige recouvre déjà les sommets. Inoubliable !


6. Oubliez le régime


curanto

De réputation, l’Argentine est un pays de carnivores. Après avoir arpenté le pays quelques semaines, je peux vous affirmer que cette réputation n’est pas abusée. Partout dans le pays on trouve des parrillas, où des bœufs et agneaux entiers grillent, embrochés au-dessus de grands braseros, la parrillada. Les morceaux sont marinés, tendres, saignant et savoureux, un régal de plus de 3cm d’épaisseur dont on ne se lasse jamais. Servi en portion de 400g, et le plus souvent accompagné de frites et d’un alléchant malbec (même si je ne suis pas un adepte de ce type de vin, cf.Les vins de Mendoza – Terre de Treks ), vous vous rendrez vite compte qu’il va falloir pas mal de séances de sport pour brûler ces calories…

Et si la faim revient, quelques empañadas, chaussons fourrés à la viande ou aux légumes, devraient suffire à vous caler.

La gastronomie chilienne est plus varié, mais tout aussi riche.

  • De la culture des Andes, vous trouverez en Patagonie des churrasquerias, sorte de steakhouse hérités des plateaux andins de Bolivie.
  • Des colons allemands et autrichien de la Patagonie chilienne, il reste la consommation de charcuterie, notamment de saucisses (viennoises), distribuées partout.
  • De la culture mapuche, les indiens qui habitaient tout le Sud du Chili, on retrouve les cazuelas, marmites de viande et légumes dans un bouillon et les catutos, petits pains en forme de barquettes
  • De l’héritage polynésien, le curanto de Chiloe est un grand trou dans la terre dans lequel cuisent viande, fruits de mer et pommes de terre, et recouvert de nalca, la rhubarbe chilienne
  • Des fjords de Patagonie, le saumon sauvage. Le chili est le premier producteur de saumon des Amériques, dont la quasi totalité est destinée à l’exportation
  • Enfin des terres australes le Crabe Royal, ou centolla, consommé sous toutes les formes, du sushi au beignet.

7. Consommez local


kosten aike patagonie biere beer

La ville de Puerto Natales produit à elle seule pas moins de 3 bières artisanales locales : Natales, la Kosten Aike, et la Baguales. Ces microbrasseries produisent des bières ambrées intéressantes.
Plus au sud, on trouve la bière Austral à Punta Arenas, et la Cap Horn à Ushuaïa, deux Lager sans grand intérêt si ce n’est le caractère « fin du monde ».
Récemment, Le Chili a commencé la production d’un vin patagonien haut de gamme, le Puelo Patagonia. Encore difficile à trouver, il ne tardera pas à être présenter sur les tables des restaurants renommés.


8. Prenez des vêtements de pluie


patagonie arc-en-ciel

En Patagonie, les habitants vous dirons qu’on peut trouver les 4 saisons dans une seule journée. Dans la réalité, la neige ne tombe pas en été, même à Ushuaïa. Mais la pluie peut tomber n’importe quand, et les prévisions météo, si vous arrivez à les obtenir, sont bien souvent inutiles. Voir le Fitz Roy et les Torres Del Paine dégagés au cours d’un même voyage relève du coup de chance.
En Patagonie, les Andes forment une barrière quasi impénétrable pour les nuages, qui concentre les précipitations sur les reliefs. En Patagonie chilienne, les conséquences sont directement perceptibles au Nord de la région d’Aysen par le parc Queulat, une forêt tempérée humide unique au monde qui reçoit plus de 1400 mm de pluie par an, et au Sud, dans la région des Magallanes, par les Campo de Hielo Norte et Sur, des glaciers immenses situés à moins de 2000m d’altitude et qui se jettent dans la mer (Glacier San Rafael) ou dans les lacs (Glacier Perito Moreno).

Du côté argentin, le temps sera d’autant plus dégagé que l’on s’éloigne des reliefs. L’absence totale de végétation en Argentine à comparer à la luxuriance des forêts  parle d’elle même.


9. Faites attention au Patagonian wind


Malheureusement, vous aurez du vent. Un vent en rafale, suffisamment puissant pour arracher les portières des voitures. De Bariloche à Punta Arenas, le vent patagonien souffle en permanence. Il sculpte les arbres, façonne les aspérités du relief et fait voler la poussière.

Attention donc au patagonian wind, les loueurs de véhicule ne manqueront pas de vous le rappeler.

0 3.36 K