Au delà de l’aura de Samsung qui renvoie l’image d’un pays ultramoderne, la Corée possède un héritage culturel de plus de 2000 ans. Une histoire faite de royaumes prospères, de conquêtes sanguinaires et de grands hommes charismatiques. Et c’est exactement pour nous plonger au cœur de cette Corée traditionnelle que nous avons emprunté ses sentiers sauvages.

Seulement cette fois-ci, il m’a semblé plus représentatif de vous conter ce voyage de manière chronologique plutôt que géographique.

Petite introduction

Coincée entre la Chine et le Japon, la Corée a longtemps subi le joug ou l’influence de ces grandes puissances. Elle a cependant connue 3 grands épisodes florissants :

  • Les 3 Royaumes, de -50 Av JC à + 670, où le bouddhisme s’est peu à peu diffusé, et qui a conduit à la construction des plus anciens temples du pays;
  • Le Royaume Silla, de +670 à +940, où la Corée est unifiée en un seul royaume prospère ;
  • La période Joseon, de 1300 à 1910, durant laquelle naît la Corée « moderne ».

C’est parti.

VIe siècle ap. J.C. 

Teotihuacan est la plus grande cité de l’Amérique précolombienne, avec plus de 200.000 habitants. La civilisation Maya est à son apogée, et compte pas moins de 27 villes-états, telles Tikal et Calakmul. Mais leurs rivalités sanglantes va bientôt être annonciatrice de leur déclin imminent.

En Europe, l’Empire Romain s’est effondré sous les assauts des tribus barbares. Clovis, premier Roi des Francs, a calmé les ardeurs germaniques et fait de Paris sa capitale. Le christianisme s’étend, et déjà les premiers monastères se construisent, marquant de le début d’une ère d’obscurantisme qui va durer près de 1000 an : le Moyen-Âge. A l’est, la Perse étend son Empire jusqu’à l’Indus, tandis que l’Arabie accueille un nouveau prophète et fondateur d’une nouvelle religion : Mahomet.

En Extrême-Orient, les dynasties chinoises unissent leurs forces contre les invasions mongoles et mandchoues. Auparavant taoïste et le confucianiste, ils adoptent le bouddhisme comme « religion » principale. La péninsule coréenne, suivant l’impulsion chinoise, ordonnent la construction de petits temples perdus au cœur des 3 Royaumes… Bulguksa est érigé en 528. Beopjusa en 553.

Bulguksa, « Temple des Terres du Bouddha » a depuis été très remanié et maintes fois reconstruit. Seules les pagodes en pierre, conçues pour abriter des reliques, sont d’origine.

Temple de Bulguksa, Patrimoine Mondial Unesco

Temple de Beopjusa


Xe siècle

Le Royaume du Silla a désormais unifié les anciens territoires et contrôle toute la péninsule coréenne. Gyeongju, capitale florissante du Royaume, compte près d’un million d’habitant. Sa prospérité légendaire s’étend jusque sur les rives de Perse. Les rois successifs de la Dynastie Silla y érigent de somptueux palais. A l’entrée de la ville, le sanctuaire du mont Nam compte plus d’une centaines de temples bouddhistes, pagodes, statues et gravures de traditions animistes et chamanistes.

Si la plupart de ces bâtiments sont détruits aujourd’hui, l’inscription du site au Patrimoine Mondial UNESCO, a poussé les autorités coréennes à mettre en valeur la richesse du patrimoine culturel de l’ancienne cité royale et à la développer dans le style architectural de l’époque. Le Hanok, la maison traditionnelle coréenne, reconstitue ainsi petit à petit le centre historique de la ville tel qu’il l’était à l’époque, avec ses auberges, boutiques et résidences.

 

Woseong, le Palais de Gyeongju

un Hanok, pour une nuit au coeur de la Corée traditionnelle…

Le sanctuaire du mont Nam


XVe siècle

L’Empire mongol s’étend de la Méditerranée au Pacifique et de la Sibérie à l’Inde. Avec moins de 100.000 cavaliers, les hordes de Gengis Khan et ses fils ont mis à terre toutes les nations : Chine, Perse, Arabie, Byzance, Serbie… Seul les sultans de l’Inde résistent aux invasions. Mais bientôt les révoltes éclatent. Les peuples vassaux s’insurgent et se libèrent les uns après les autres. Les tentatives de conquêtes manquées du Japon et de Java déciment la flotte mongole. Sous impulsion chinoise, un général coréen défait les redoutables guerriers et repousse les pirates japonais loin des côtes. En 1392, après 150 ans d’occupation mongole, il fonde la dynastie Joseon. Elle restera en place jusqu’au 20e siècle.

Il fait de Seoul sa capitale. Le Gyeongbokgung, « palais du Bonheur resplendissant », est sa demeure.

Le Gyeongbokgung

Quatrième de la la Dynastie, Sejong le Grand est un roi aux idées progressistes. En opposition avec ses prédécesseurs et conseillers, il rend possible l’alphabétisation du peuple en développant en secret le hangeul, l’alphabet coréen. A l’époque, seuls les aristocrates et l’administration recevaient l’éducation nécessaire pour apprendre les 10.000 caractères chinois d’usage.

Le confucianisme a remplacé le bouddhisme dès la fin du royaume Silla. Il régit la société de l’époque, et ses préceptes sont suivis par tous : respect de l’aîné, obéissance de l’épouse à son mari, hiérarchisation, respect d’autrui. Au Xe siècle, la pensée confucianiste s’enrichit de principes cosmologiques, et intègre des éléments d’autres écoles de pensées pour séduire les dirigeants : ying & yang, feng shui, 5 éléments. Ces éléments se retrouvent jusque dans la réalisation des villages, dont la conception et la situation étaient imaginées afin de fournir une nourriture à la fois physique et spirituelle à ses habitants. C’est le cas dans les villages historiques de Hahoe et Yangdong, fondés à cette époque et parfaitement conservés.

Village Historique de Hahoe, Patrimoine Mondial

1592. Tyotomi Hideyoshi a, pour la seconde fois de l’histoire, unifié le Japon. Mais son ambition est de conquérir la Chine, et de défaire l’Empreur Ming. Il tente d’envahir la Corée avec 400 navires, mais il a en face de lui l’Amiral immortel Yi et ses bateaux-tortues, qui remportera une première victoire avec seulement 30 navires, puis une seconde en 1598 dans la baie de Tongyeong, opposant cette fois 333 navires japonais contre 13 bateaux. Sur les 23 batailles navales qu’il a mené, l’Amiral Yi n’en a perdu aucune. Il acquiert une aura telle qu’il fut considéré comme une divinité de la Guerre au Japon. Héros national en Corée du Sud, sa tête orne les pièces de 100 Wons.

Aujourd’hui, il est possible de voir une réplique de ces bateaux dans le port de Tongyeong, même si la baie est aujourd’hui plus connue pour sa spécialité locale, le poisson cru, et ses îles enchanteresses.

Ile de Bijindo et baie de Tongyeong


XXIe siècle

Séoul. Entre les gratte-ciels et les logements toujours plus hauts et plus modernes, les ruelles du quartier de Jongno-gu semblent surgir du passé. Témoin d’une Corée traditionnelle vivante et toujours présente dans le cœur de ses habitants, les petites échoppes se transforment petit à petit en cafés branchés, afin de faire revivre ce quartier autrefois délaissé. A quelques encablures, le village Hanok de Bukchon attire toujours plus de visiteurs. Le tourisme au dépend de l’authenticité, c’est parfois le prix à payer pour la sauvegarde d’un patrimoine…

 

 

 

0 250