S’il y a bien un élément du corps à faire attention, à cajoler, à entretenir, à aimer en trek, ce sont vos pieds. Et quoi de plus beau pour vos pieds qu’une paire de chaussures de trek dans lesquelles on se sent comme dans une paire de charentaises.

La paire de chaussures doit donc être sélectionnée avec sagesse, en toute connaissance de cause, puis essayée, et évidemment, entretenue.

Toutes les chaussures de trek ne sont pas adaptées à tous les type de randonnées, et selon le terrain, la durée du trek et la température, il conviendra d’adopter la paire adéquate, en fonction de 4 critères : rigidité, maintien, accroche de la semelle et niveau d’imperméabilité.

  • La rigidité : la rigidité revient à la capacité de plier la semelle. Pour des treks engagés, on va chercher une semelle rigide, qui peut paraître inconfortable aux premiers abords, mais qui soulagera considérablement les efforts du pied dans les terrains escarpés. Les chaussures d’alpinisme technique ont volontairement une rigidité extrême.  La rigidité conditionne l’utilisation des crampons automatiques, car ceux-ci exigent que la chaussure garde constamment la même dimension, même en flexion. Si la distance entre l’avant et l’arrière de la chaussure diminue, les attaches auto et semi-auto ne tiennent plus,
  • Le maintien : un bon maintien correspond à un confort optimal au niveau du pied, de l’articulation de la cheville et du bas du tibia,
  • L’accroche de la semelle, c’est à dire la gomme de la semelle et son crantage. Les gommes tendres ont une meilleure accroche sur le rocher mais elles s’usent vite, alors que les gommes dures seront plus résistantes,
  • Le niveau d’imperméabilité : Cuir ou Gore Tex®, selon le niveau d’engagement du trek. Une chaussures de trek imperméable doit également être respirante. Imperméable ne veut pas dire étanche.

chaussures de trek

Il existe 5 types de paires de chaussures de montagne, mais pour des treks de plusieurs jours, seules les 2 catégories suivantes sont adaptées :

  • Les chaussures de grande randonnée, à tige haute avec semelle assez rigide et amorti conséquent pour de forts dénivelés et des charges importantes
  • Les chaussures d’alpinisme, destinées aux expéditions sommitales et ou hivernales

Enfin, la différence de poids entre ces 2 paires peut également être un critère, surtout lorsque le trek ne constitue qu’une partie du voyage. Il faut compter entre 1100 et 1500g pour une paire de chaussures de Grande Randonnée, entre 2000 et 2500g pour une paire de chaussure d’alpinisme.

Quelques liens :

Site de Meindl, mais avec 213 références, ce ne va pas être facile de choisir… : Meindl, site officiel.

Site du Vieux Campeur, filtré sur les chaussures de grande randonnées : Au Vieux campeur, chaussures

Site de Décathlon, on réduit le choix mais les prix aussi : Décathlon, chaussures de Grande Randonnée

Un conseil : essayez plutôt dans votre boutique préférée !


Trek sur terrains rocheux et escarpés


Treks type : Moyenne montagnes (Pyrénées, Alpes, GR20, Triglav), Toubkal (Maroc), Markha (Ladakh), Alpamayo (Andes)

Chaussure : Sur ce type de treks, privilégier une chaussure de grande randonnée confortable, à tige haute et semelle semi-rigide en VIBRAM®. Le Pare-pierre est un élément indispensable en raison des nombreux passage en lit de rivière rocheux et crêtes escarpées. En descente, le pare-pierre protègera vos orteils des coups de pied malencontreux sur des rochers trop hauts.

Matière : La matière de la chaussure, cuir ou synthétique, est une affaire de goût et de style. Dans tous les cas, il faudra, avant de partir, appliquer un produit imperméabilisant (cire pour le cuir).

Chaussant /pointure : Chaque marque de chaussures de trek possède une forme de chaussant spécifique. Ne pas hésiter donc à toutes les essayer afin de trouver le bon chaussant.

Pour la pointure, on considère que la pointure est la bonne à partir du moment ou genoux plié, sur une pente inclinée, ni les doigts de pieds, ni les talons ne touchent la chaussure. en général, il faut compter une pointure de plus que les chaussures de ville.

Neige : Il n’est possible d’équiper que des crampons manuels sur ce type de chaussure, ce qui n’est pas un inconvénient en soi car les passages enneigés seront occasionnels et de courte durée. S’équiper de crampons apporte un gage de sécurité appréciable pour négocier des passages es enneigés délicats (GR20 au mois de juin par exemple).

chaussures de trek meindl

Chaussures de Grande Randonnée parfaitement adaptée aux terrains escapés, de la marque Meindl.

 


Trek sur sentier, avec passages enneigés


Treks type : Himalaya (Everest BC, Annapurnas, Langtang, Kanchenjunga BC, Stok Kangri, Mera Peak),…

Chaussure : Sur ce type de treks, privilégier une chaussure de grande randonnée confortable, à tige haute et semelle semi-rigide en VIBRAM®, mais également imperméables, et avec une forte thermicité, capable de supporter temporairement des températures inférieures à -10°C. Les chemins seront balisés et bien lisses (à l’exception de rares passages sur glacier), ce qui rend la présence de pare-pierre non déterminante. Les chaussures typées « alpinisme » ont une gomme de semelle tendre, qui va s’user plus rapidement que les semelle de chaussure de randonnée classique.

Matière : les passages enneigés peuvent être de plusieurs heures, de nuit et sur des pentes raides avoisinant 45°. Une membrane imperméable type Gore Tex® est indispensable pour ce genre de trek.

Chaussant /pointure : Les chaussons des chaussures italiennes (Scarpa, La Sportiva), sont plutôt étroite et haute au niveau de coup de pied. Vérifier bien que la chaussure ne serre pas car au fur et à mesure de la marche, le pied va gonfler, et des douleurs insupportables vont apparaître progressivement si le chausson n’est pas à la forme de du pied.

Neige : Les crampons sont nécessaires pour les ascensions sommitales, avec de la neige jusqu’au genoux. S’équiper de modèle compatibles avec des crampons semi-automatiques peut être un plus non négligeable.

chaussures de trek triolet pro GTX Scarpa

Chaussures de trek Triolet Pro GTX, de Scarpa; parfait pour des Treks Himalayens


Treks sommitaux avec crampons et /ou alpinisme


Treks type : Trekking peaks andins (Cotopaxi, Huayna Potosi, Aconcagua,…) et himalayen (Kang Yatse, Island Peak), Mont Blanc,…

Chaussure : avec des passages d’alpinisme F à PD+ (facile à peu difficile+), la plupart des Trekkings Peaks andins et himalayens requièrent de s’équiper avec des chaussures d’alpinisme. Plus haute, plus rigide et avec une meilleure accroche que les chaussures de grande randonnée, elles vont également s’user plus vite sur rocher. Eviter donc de prendre ce type de chaussures si l’ascension d’au moins un de ces sommets n’est pas dans le viseur à court terme, car 15 jours de trek escarpé vous vaudra un ressemelage onéreux (environ 60€). La plupart des chaussures d’alpinisme sont équipées d’un sur-chausson amovible, qui apporter un gain de thermicité intéressant.

Matière : Une membrane imperméable type Gore Tex®, voire GTX, qui combine impermabilité et respirabilité optimale est indispensable pour ce genre de trek. Une mauvaise respirabilité peut occasionner une condensation importante à l’intérieur du chausson et générer des gelures. Certaines paires sont équipées d’une couche isolante de type Thinsulate®, qui permet de résister à des températures allant jusqu’à -20°C.

Chaussant /pointure : Certaines paires proposent un chaussant confortables avec une thermicité élevée, malgré la rigidité globale de la chaussure et un poids conséquent. La méthode de sélection de la pointure est la même que pour les autres types de chaussure (genoux plié, les pieds ne touchent ni l’avant ni l’arrière de la chaussure).

Neige : Les débords à l’avant ET à l’arrière permet de s’équiper de crampons automatiques, nécessaires pour les ascensions sommitales.

chaussures de trek nepal cube gtx la sportiva2

Chaussures de trek Nepal Cube GTX, La Sportiva

Tous les autres guides matos :

0 626